From traditional husband to model husband: A journey toward gender equality and redefining masculinity

by Shamsi Kazimbaya, Senior Program Officer at Equimundo

Session of husbands’ club

Share this

Français ci-dessous

When it comes to gender equality and healthy masculinities, the story we’re about to share is nothing short of inspiring. It details the inception of a groundbreaking program to its transformative impact in two West African nations: Guinea and Mali, where a project implemented by UNFPA was strengthened with Equimundo’s support, emphasizing the power of cross-issue collaboration.

UNFPA West and Central Africa Regional Office (WCARO) started a partnership with Equimundo in 2018 for their SWEDD project, which aims to stimulate the demographic dividend, reduce gender inequalities, and improve family planning in the region. The primary goal of this collaboration was to introduce gender-transformative approaches (GTA) into UNFPA’s Husbands and Future Husbands Schools (HS, FHS), where despite achieving remarkable results, gender equality and women’s empowerment remained significant gaps.

As an expert in the field of masculinities and male engagement, Equimundo was invited to provide technical assistance and training to HS facilitators and trainers in order for them to see changes in harmful masculine norms.

The Husbands Schools grew from six countries initially to thirteen, with Equimundo offering continuous technical assistance and learning from each country’s unique experiences. To distinguish this modified program from traditional Husbands Schools, Equimundo introduced a new name – CDM/CDFM (Club des Maris [Husbands Club/HC] and Club des Futurs Maris [Future Husbands Club/FHC]) – adapted to the local context in each country.

Shamsi Kazimbaya, Senior Program Officer at Equimundo, visited Guinea, a new country in the SWEDD project, and Mali, one of the experienced countries, to see what was happening on the ground, how communities embraced the program, to hear their stories of change and understand how Husbands Clubs are helping men to shifts norms to become more involved in their families’ lives. The trip also intended to record any challenges encountered.

During her visit to Guinea, Shamsi facilitated an orientation workshop in Kindia. Traditional Husbands, known locally as “Maris Modèles,” were invited to share their experiences and learn how the CDM/CDFM approach differed from the traditional one. One Mari Modèle (model husband), after the first day’s discussions, realized he had much to learn and immediately applied his newfound insights to improve communication with his wife, calling her that evening and noticing how differently and positively their communication went –– a total shift from the way he used to communicate with her before. When he later shared his story, everyone in the room was amazed by it.

In Guinea, the workshop included two activities from the CDM manuals: gender values clarification and an exploration of power dynamics. These activities revealed that while Maris Modèles believed they were promoting gender equality, some of their thoughts inadvertently reinforced gender inequality. For example, one Mari Modèle believed that women should acknowledge men as more intelligent to maintain harmony in the household, while another thought women’s financial empowerment caused problems and eventually led to divorce.

“Persons and Things” Activity

These insights highlight the importance of Equimundo’s work in challenging traditional gender norms in these communities. For example, the “Persons and Things” (used during the workshop in Guinea, see pictures above), an activity from the Husbands Clubs curriculum, is a powerful, transformative and sometimes emotional exercise because it raises participants’ awareness about the existence of power in relationships, helps them to reflect on how people communicate and demonstrate power, and its impact. During the discussions following the exercise, participants reflected about gender and relationships between men and women in their community, making connections between how one might feel oppressed, or treated like “objects” in some of their relationships and how they, in turn, might treat others like “objects.” It ultimately encourages thinking about how these connections can help motivate participants to construct more equitable relationships with women in their homes and communities.

The situation in Mali, however, paints a contrasting picture. Men in Mali proudly shared how they have changed and decided to break the cultural barriers to get more involved in the lives of their families, sharing household chores with their wives and caring for their children, for instance.

A visit to a Husbands Club in the village of Fougani in Mali reveals the story of Modibo, who proudly describes his transition into a “model husband” by actively participating in traditional women’s roles, such as cooking. His friend’s reaction, shouting “Gnougoutiguè Modibo” or “Modibo, spinach cutter,” captures the humor and resilience in their pursuit of change.

Modibo, facilitating

The men, often called “tiemoussoman” (men who became like women), remain undeterred by labels. Their focus is on the positive impact they create within their families and communities. Women, including wives and neighbors of these men, affirm the changes and their happiness about them and advocate for the enrollment of more men in the Husbands Clubs. In fact, a mid-term SWEDD impact evaluation in another implementing country, Côte D’Ivoire, found that safe spaces for women, know as “Espaces Sûrs” and SWEDD’s flagship program, are more impactful when combined with CDMs and CDFMs.

Women/wives of Husbands Clubs members

In Guinea and Mali, the evolution from traditional husband to model husband is breaking stereotypes and fostering a new era of healthy masculinity and gender equality. Equimundo and UNFPA’s work serves as a beacon of hope for creating a more inclusive and harmonious world, and underscores the power of collaboration. Husbands Clubs show that change is possible when individuals challenge the status quo, embrace transformation, and walk the path toward a more equal future.

 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Français

Du mari traditionnel au mari modèle : un voyage vers l’égalité des sexes et la redéfinition de la masculinité

 

Session du club des maris

 

En matière d’égalité des sexes et de masculinité saine, l’histoire que nous allons partager est tout simplement inspirante. Elle décrit en détail la création d’un programme novateur et son impact transformateur dans deux pays d’Afrique de l’Ouest : Guinée et Mali, où un projet mis en œuvre par l’UNFPA a été renforcé avec le soutien d’Equimundo, soulignant ainsi le pouvoir de la collaboration interdisciplinaire.

Le Bureau régional de l’UNFPA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (WCARO) a entamé un partenariat avec Equimundo en 2018 pour son projet SWEDD, qui vise à stimuler le dividende démographique, à réduire les inégalités entre les sexes et à améliorer la planification familiale dans la région. L’objectif principal de cette collaboration était d’introduire des approches transformatrices de genre (ATG) dans les écoles de maris et Futurs maris (EDM, EDFM) de l’UNFPA, où, malgré l’obtention de résultats remarquables, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes demeuraient des insuffisances importantes.

En tant qu’expert dans le domaine de la masculinité et de l’engagement des hommes, Equimundo a été invité à fournir une assistance technique et une formation aux facilitateurs et aux formateurs des écoles de maris afin qu’ils puissent promouvoir des changements positifs et transformer les normes masculines préjudiciables.

Les nombre de pays qui mettent en place des écoles de maris est passé de six à treize pays avec une assistance technique continue de Equimundo tout en tirant les leçons des expériences uniques de chaque pays. Pour distinguer ce programme modifié des écoles des maris traditionnelles, Equimundo a introduit un nouveau nom – CDM/Club des Maris (Husbands Clubs/HC) et CDFM/Club des Futurs Maris(Future Husbands Clubs/FHC) – adapté au contexte local de chaque pays.

Shamsi Kazimbaya, chargée de programme principale à Equimundo, s’est rendue en Guinée, un nouveau pays participant au projet SWEDD, et au Mali, l’un des pays expérimentés, pour voir ce qui se passait sur le terrain, comment les communautés adoptaient le programme, écouter leurs récits de changement et comprendre comment les clubs des maris aident les hommes à changer les normes pour s’impliquer davantage dans la vie de leur famille. Le voyage avait également pour objectif d’enregistrer les difficultés rencontrées.

Lors de sa visite en Guinée, Shamsi a animé un atelier d’orientation à Kindia. Les membres des écoles de maris traditionnelles, connus localement sous le nom de “Maris Modèles”, ont été invités à partager leurs expériences et à apprendre en quoi l’approche du CDM/CDFM différait de l’approche traditionnelle. Un ‘’Mari Modèle’’, après les discussions du premier jour, a réalisé qu’il avait beaucoup à apprendre et a immédiatement appliqué ses nouvelles connaissances pour améliorer la communication avec sa femme, en l’appelant ce soir-là et en remarquant à quel point leur communication était différente et positive – un changement total par rapport à la façon dont il communiquait avec elle auparavant. Lorsqu’il a raconté son histoire, tout le monde dans la salle a été stupéfait.

En Guinée, l’atelier comprenait deux activités tirées des manuels du CDM : la clarification des valeurs de genre et l’exploration de la dynamique du pouvoir. Ces activités ont révélé qu’alors que les Maris Modèles pensaient promouvoir l’égalité des sexes, certaines de leurs pensées renforçaient involontairement l’inégalité des sexes. Par exemple, un ‘’Mari Modèle’’ pensait que les femmes devaient reconnaître que les hommes étaient plus intelligents pour maintenir l’harmonie dans le foyer, tandis qu’un autre pensait que l’autonomie financière des femmes causait des problèmes et conduisait finalement au divorce.

“Activité “Personnes et choses

Ces observations soulignent l’importance du travail d’Equimundo pour remettre en question les normes traditionnelles en matière de genre dans ces communautés. Par exemple, l’activité “Personnes et choses” (utilisée lors de l’atelier en Guinée, voir les photos ci-dessus), qui fait partie du programme des clubs de maris, est un exercice puissant, transformateur et parfois émotionnel, car suscite chez les participants la prise de conscience sur l’existence du pouvoir dans les relations, les aide à réfléchir à la manière dont les gens communiquent et démontrent leur pouvoir, ainsi qu’à son impact. Au cours des discussions qui ont suivi l’exercice, les participants ont réfléchi au genre et aux relations entre les hommes et les femmes dans leur communauté, en établissant des liens entre la façon dont une personne peut se sentir opprimée ou traitée comme un “objet” dans certaines de ses relations et la façon dont elle peut, à son tour, traiter d’autres personnes comme des “objets”. Enfin, il encourage les participants à réfléchir à la manière dont ces liens peuvent les motiver à construire des relations plus équitables avec les femmes de leur foyer et de leur communauté.

La situation au Mali, cependant, offre une image contrastée. Les hommes maliens ont fièrement raconté comment ils ont changé et décidé de briser les barrières culturelles pour s’impliquer davantage dans la vie de leur famille, en partageant les tâches ménagères avec leurs femmes et en s’occupant de leurs enfants, par exemple.

Une visite au club des maris du village de Fougani, au Mali, révèle l’histoire de Modibo, qui décrit avec fierté sa transformation en “mari modèle” en participant activement aux rôles traditionnels des femmes, tels que la cuisine. La réaction de son ami, qui crie “Gnougoutiguè Modibo” ou “Modibo, coupeur d’épinards”, illustre l’humour et la résilience de leur quête de changement.

Modibo, facilitateur

Les hommes, souvent appelés “tiemoussoman” (hommes devenus femmes), ne se laissent pas décourager par les étiquettes. Ils se concentrent sur l’impact positif qu’ils créent au sein de leurs familles et de leurs communautés. Les femmes, y compris les épouses et les voisines de ces hommes, confirment les changements et leur joie à leur sujet et plaident pour l’inscription d’un plus grand nombre d’hommes dans les clubs de maris. En effet, une évaluation à mi-parcours de l’impact de SWEDD dans un autre pays de mise en œuvre, la Côte d’Ivoire, a révélé que les “Espaces Sûrs” pour les femmes, programme phare de SWEDD, ont plus d’impact lorsqu’ils sont combinés avec les CDM et les CDFM.

Femmes/épouses des membres des clubs de maris

En Guinée et au Mali, l’évolution du mari traditionnel au ‘’mari modèle’’ brise les stéréotypes et favorise une nouvelle ère de masculinité saine et d’égalité des sexes. Le travail d’Equimundo et de l’UNFPA est une lueur d’espoir pour la création d’un monde plus inclusif et harmonieux, et souligne le pouvoir de la collaboration. Les clubs de maris montrent que le changement est possible lorsque les individus remettent en question le statu quo, s’engagent dans la transformation et sur la voie d’un avenir plus égalitaire.

Translate »